AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LA BÊTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
St Vost
Fléau du Prince
Fléau du Prince
avatar

Nombre de messages : 1256
Age : 28
Localisation : Atlanta.
Date d'inscription : 16/09/2007

MessageSujet: LA BÊTE   Mer 19 Déc - 4:37


Derrière la fausse civilité de la Camarilla et la prétendue camaraderie du Sabbat se cache une terrible vérité. Les vampires sont des monstres, possédés par une Bête intérieure. Si, comme les humains, ils ont la capacité de contrôler leurs bas instincts, ils échouent parfois. Lorsque cela arrive, la Soif et la Bête deviennent incontrôlables et nul n’est plus à l’abri. Les anciens vampires appellent la sauvagerie qui s’ensuit « succomber à sa Bête Intérieure ». Les jeunes l’appellent plus simplement Frénésie.

La nature de la Bête:
Durant une frénésie, un vampire laisse littéralement, et en général involontairement, libre cours aux instincts les plus sombres de sa nature vampirique. Il est dévoré par la rage ou la soif, incapable de – ou ne voulant pas – tenir compte des conséquences de ses actes. Amis, ennemis, amants, moralité : plus rien de cela ne compte pour un vampire en frénésie. Si la frénésie est causée par la Soif, le vampire se nourrit de la personne la plus proche sans égard pour le bien être du calice. Si le vampire est en colère, il fait tout ce qui est en son pouvoir pour détruire la cause de sa colère. Un vampire saisi par la peur ne recule devant aucune abomination pour échapper à la source de sa terreur, quelles qu’en soient les conséquences. Le vampire est totalement livré aux plus bas aspects de sa nature, oubliant les attitudes qu’il présente habituellement au monde. Pour résumer, on peut dire qu’il est la Bête.

Au sein de la Camarilla, succomber à la frénésie est un signe de faiblesse, une perte de contrôle humiliante. Les vampires qui y succombent souvent, et notamment en public, courent le risque d’un ostracisme social, ou pire. Si de nombreux vampires de la Camarilla sont bel et bien des monstres, les lois de la Mascarade et la simple politesse imposent un contrôle total de la Bête. Ceux qui n’y parviennent pas ne sont pas des vampires mais des animaux, et doivent être mis hors d’état de nuire pour le bien de tous. Au sein du Sabbat, la frénésie est considérée comme un besoin naturel, comme celui de manger ou d’avoir une activité sexuelle chez les humains. Les vampires du Sabbat se moquent de l’attitude de la Camarilla vis-à-vis de la frénésie, et y voient l’incapacité des faibles à accepter leur nature de prédateurs.

Ainsi les membres du Sabbat ne cherchent pas à empêcher la frénésie, mais plutôt à la contrôler et à l’utiliser à leur avantage. Bien des événements peuvent provoquer la frénésie, mais la rage et la soif sont les causes les plus répandues. Il est dangereux de provoquer ou d’humilier un mort vivant. Pour cette raison, les vampires de la Camarilla dissimulent les menaces et insultes par des paroles subtiles et à doubles sens, évitant ainsi de provoquer des crises soudaines à l’Elysium ou lors de conclave.

_________________________________________________________________________________________________________________________
Maintenant que c'est de ma faute, les anges me poignardent.



Revenir en haut Aller en bas
http://s1.bitefight.fr/bite/ally.php
 

LA BÊTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-